Cellulite

Les rondeurs reviennent à la mode. Vous pouvez exhiber avec fierté des décolletés généreux et mettre en valeur des hanches proéminentes. Vive les rondeurs donc mais les jolies rondeurs. La peau d'orange et les capitons ne sont pas prêts d'imposer leur style.

Un mal féminin

L'organisme féminin est programmé pour stocker des énergies en vue de la grossesse et de l'allaitement. A poids normal, le taux de graisse représente environ 22% de la masse corporelle chez la femme contre seulement 12% chez un homme.

Les cellules graisseuses, appelées adipocytes sont réparties différemment selon le sexe : au niveau du ventre, des cuisses, des fesses et des hanches pour les femmes, sur le haut du corps et l'abdomen pour les hommes.

Enfin, la peau des femmes étant plus fine, la cellulite a d'autant plus vite fait d'imposer son aspect granuleux.

Des « adipocytes » gourmands

schéma cellulite

La cellulite résulte de l'engorgement des cellules graisseuses. Minces ou rondes, peu de femmes sont épargnées. Le sur-développement de ces cellules graisseuses entraîne un dysfonctionnement du tissu adipeux. Les vaisseaux sanguins et lymphatiques sont comprimés et ne parviennent plus à drainer l'eau et les toxines convenablement. L'hypertrophie des cellules graisseuses et l'infiltration oedémateuse qui résulte du mauvais drainage donnent alors à l'épiderme le fameux aspect peau d'orange.

Pourquoi lutter ?

La cellulite constitue avant tout un problème d'ordre esthétique. Elle peut cependant être à l'origine de souffrances morales mais aussi d'un réel inconfort physique. Avec le temps, la cellulite se densifie et la pression qu'elle exerce sur la circulation locale ainsi que sur les terminaisons nerveuses rend les zones affectées douloureuses.

On distingue trois stades d'installation de la cellulite : naissante, installée et fibreuse.

  1. Au premier stade, elle n'est visible que par pincement de la peau. La modification de mauvaises habitudes de vie additionnée de soins simples suffit souvent à enrayer le processus.
  2. Au deuxième stade, la cellulite apparaît sans pincement en position debout. La lutte s'annonce déjà plus difficile.
  3. Au troisième stade, la cellulite ressort qu'elle que soit la position. Selon sa nature, il sera plus ou moins difficile de la déloger.

Les facteurs aggravants et les troubles du métabolisme

Le stockage des graisses répond à des dispositions normales de l'organisme. Excessif, il est révélateur de déséquilibres à corriger ou de problèmes sous-jacents.

Le phénomène sera accentué par des terrains particuliers. Outre le facteur génétique qui prédispose certaines plus que d'autres, les hormones jouent un rôle important. Des troubles digestifs peuvent accentuer le problème de stockage. Les troubles de la circulation nuisent au drainage de l'eau et des toxines et favorisent de fait, l'aspect peau d'orange. Votre médecin généraliste peut vous aider à diagnostiquer ces troubles. Il est nécessaire de les prendre en charge pour pouvoir par la suite lutter efficacement contre la cellulite.

Si vous êtes sujettes à la rétention d'eau, seul un médecin pourra diagnostiquer les origines de ce trouble qui peuvent être multiples : causes cardio-circulatoires (insuffisance cardiaque, veineuse et lymphatique), causes rénales, causes hormonales ou encore médicamenteuses.

Si le problème persiste malgré que vous suiviez les recommandations d'usage (à savoir boire beaucoup d'eau, être active et éviter le sel), une consultation s'impose.

On distingue trois grands types de cellulite.

La cellulite aqueuse (dite aussi d'infiltration)

Légèrement visible et souple, elle est généralement due à des problèmes circulatoires. La sédentarité est sa meilleure alliée. Un cas de cellulite sur trois relève d'un problème de circulation sanguine. Les troubles de la circulation se révèlent à travers plusieurs symptômes : sensibilité aux bleus sur les jambes, marbrures sur la peau, varicosités, sensation de jambes lourdes, fourmillements ou impatiences dans les jambes?et la rétention d'eau.

La cellulite adipeuse

Excès de graisses dans l'alimentation et manque d'activité sont souvent à l'origine de cette cellulite molle et non douloureuse qui se situe en particulier sur les hanches et la culotte de cheval. Il s'agit d'une cellulite purement graisseuse. Souvent associée à un problème de surpoids, les techniques pour s'en débarrasser sont de l'ordre des programmes amincissants.

L'Indice de Masse Corporelle (I.M.C) vous permet de savoir où vous en êtes. Il correspond à votre poids (en Kg) divisé par votre taille (en cm) au carré.

IMC = x KG / x cm ²

Pour les femmes, le résultat se présente comme suit :

  • Un indice situé entre 19 et 24 correspond à un poids normal.
  • De 24 à 30, on parle de surcharge.
  • À partir de 30, l'IMC révèle un problème d'adiposité.
  • Au-dessus de 40, il signale un problème d'obésité.

La cellulite fibreuse ou indurée

Dure au toucher, elle présente une teinte violacée et un aspect peau d'orange prononcé. Douloureuse au pincement, elle est symptomatique d'une cellulite profonde et compactée, généralement ancienne. Elle est due au durcissement des fibres de collagène qui entourent les adipocytes et est d'autant plus dure à déloger que les graisses seront difficiles à mobiliser.